Blog posts

La consommation d’aliments fermentés comme le yogourt peut-elle réduire le risque de maladies chroniques ?

La consommation d’aliments fermentés comme le yogourt peut-elle réduire le risque de maladies chroniques ?

aliments fermentés, En Vedette, la santé, manger équilibré, santé

La fermentation – un processus ancestral avec une touche de santé !

Nous connaissons récemment un renouveau des aliments fermentés, mais il est tout à fait possible qu’il s’agisse d’une tendance à long terme ! Les aliments fermentés comme le yaourt, le fromage, le vin et la bière existent depuis des siècles.  La fermentation consiste à ajouter une quantité contrôlée d’un micro-organisme à un aliment, comme des levures ou des bactéries.  Ces micro-organismes se nourrissent ensuite de l’aliment, produisant plusieurs sous-produits qui donnent à un aliment fermenté son goût caractéristique.

La fermentation améliore la durée de conservation et les propriétés nutritionnelles d’un aliment.

La fermentation augmente à la fois la durée de conservation, la sécurité et l’organoleptique (odeur, goût, toucher) d’un aliment. Il est également de plus en plus évident que le processus de fermentation améliore les propriétés nutritionnelles d’un aliment, ce qui, à son tour, peut aider à optimiser la santé.

Le yaourt – un produit fermenté ancien et naturel.

Le yaourt est un aliment ancien remontant à 500 avant J.-C. lorsqu’il a été découvert que le caillage du lait aidait à le préserver.  Le yaourt est produit en combinant deux types principaux d’espèces bactériennes : Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus.  Ces bactéries décomposent le lactose, un type de sucre naturellement présent dans le lait et le transforment en acide lactique.  C’est ce qui donne au yaourt son goût acidulé caractéristique.

Quels sont les bénéfices du yaourt pour la santé ?

Le yaourt est un aliment nutritif contenant des macronutriments tels que les protéines ainsi que des vitamines et des minéraux tels que le calcium, la vitamine A, les vitamines B (B2 et B12) ainsi que du calcium, du magnésium et du potassium.  C’est un véritable  » super aliment  » ! Le yaourt contient également des cultures bactériennes comme celles que l’on trouve dans notre microbiome intestinal.  La recherche a  » mis en lumière  » la présence de ces cultures fermentées comme un facteur majeur contribuant aux bienfaits du yaourt pour la santé.  Le microbiote intestinal humain (les organismes vivants de notre système digestif) joue un rôle important dans le maintien de notre fonction digestive et de notre système immunitaire.  Ils jouent également un rôle dans la régulation de l’énergie.

Le yaourt et le microbiote humain

Les bactéries présentes dans le yaourt sont connues pour avoir des propriétés anti-inflammatoires (capables de réduire l’inflammation) et antipathogènes (capacité à nous protéger des organismes qui peuvent nous nuire).  Ces bactéries sont déjà naturellement présentes dans notre microbiote et la recherche a identifié que les bactéries présentes dans le yaourt, en particulier le Lactobacillus sp sont capables de survivre au passage à travers nos voies digestives et de renforcer les colonies de bactéries qui vivent dans nos intestins.

Consommation de yaourt et maladies chroniques

La consommation de yaourt est associée à un risque réduit de maladies chroniques et les chercheurs ont identifié que les bactéries présentes dans le yaourt sont un facteur de réduction de ce risque.

Le yaourt et le poids

Bien qu’il y ait un manque d’essais cliniques, certaines études d’observation ont trouvé un lien entre la consommation de yaourt (dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré) et la perte de poids, ces résultats ne se répètent toutefois pas sur la durée. Les mécanismes potentiels (raisons) pour cela sont la teneur en calcium du yaourt et le bénéfice possible pour le microbiote intestinal.  Le calcium a été identifié comme aidant à soutenir la perte de poids et de graisse.  Les cultures bactériennes présentes dans le yaourt peuvent également altérer le microbiote humain, de sorte que certaines colonies présentes dans notre microbiote intestinal deviennent moins efficaces pour stocker l’énergie.  Ceci a à son tour un effet positif sur l’accumulation des graisses (c’est-à-dire qu’il favorise une réduction du stockage des graisses).

Le yaourt et les maladies cardiovasculaires

Une étude récente dans l’American Journal of Hypertension a trouvé une association entre une consommation élevée de yaourt (au moins 2 portions par semaine) et un risque plus faible de maladies cardiovasculaires chez les hommes et les femmes hypertendus. Le risque pour les hommes a été réduit de 21 % et le risque pour les femmes de 17 %.  Le mécanisme n’est pas clair, bien que les chercheurs associent cet avantage à une réduction de l’hypertension par le microbiote intestinal qui libère des signaux qui aident à optimiser la constriction et la dilatation des parois des vaisseaux sanguins.

Le yaourt et le Diabète type 2

Une étude a révélé qu’une consommation élevée de yaourt (une moyenne quotidienne de 4 à 5 pots de 125 ml de yaourt) était associée à une réduction de 28 % du risque de développer du diabète.  Le remplacement des collations de qualité nutritionnelle inférieure par du yaourt a également réduit le risque de développer le diabète de type 2.  Le profil nutritionnel du yaourt avec ses protéines, son calcium et son magnésium pourrait contribuer à cette réduction des risques.  Les chercheurs ont également identifié que l’effet bénéfique pourrait être lié au fait que les bactéries présentes dans le yaourt jouent un rôle dans la réduction des inflammations et l’amélioration de la sensibilité à l’insuline.

La consommation de yaourt est associée à un risque moindre de maladies chroniques.

Le yaourt a un profil nutritionnel élevé.  Il contient plusieurs nutriments essentiels à la santé tels que les protéines, le calcium et le magnésium.  De plus en plus d’études associent ses propriétés de fermentation à des bienfaits supplémentaires pour la santé en raison de la présence de cultures bactériennes qui contribuent à la diversité du microbiote dans nos intestins.  Bien que des recherches cliniques supplémentaires soient nécessaires, la consommation de yaourt est associée à une diminution du risque de plusieurs maladies chroniques comme l’obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

Sources

Adolfsson, O, Meydani, S and Russell, R (2004) Yogurt and gut function, The American Journal of Clinical Nutrition, 80 (2), pp. 245–256.

Buendia J, Li, Y et al (2018) Regular Yogurt Intake and Risk of Cardiovascular Disease Among Hypertensive Adults, American Journal of Hypertension, DOI: 10.1093/ajh/hpx220.

Jacques PF and Wang, H. (2014) Yogurt and weight management, The American Journal of Clinical Nutrition 99 (5), pp.  1229S–1234S.

O’Connor L, Lentjes M and ,Luben R et al. (2014) Dietary dairy product intake and incident type 2 diabetes: a prospective study using dietary data from a 7-day food diary,  Diabetologia. 57(5), pp.909-17.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =